[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 483: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/feed.php on line 173: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3887)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/feed.php on line 174: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3887)
PROTONIK Techno Hardcore Sound System 2014-07-28T11:58:47+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/feed.php?f=25 2014-07-28T11:58:47+02:00 2014-07-28T11:58:47+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3499&p=20816#p20816 <![CDATA[Activisme • Communiqué des organisateurs de la multisons 29]]>
Ce communiqué du 5 juillet 2014 fait suite à l'annulation à la dernière minute par la préfecture du multi-son 29 du 28 juin 2014 qui s'est transformé en Teknival Résistance Sonore à la fin duquel plusieurs saisies de matériel et audition de personnes par les gendarmes ont eu lieu.


L'évènement est fini et complétement assumé. Nous reconnaissons nos torts et lacunes depuis le début (retard dans le dépôt du nouveau bureau de l'association et envoi désordonné des différentes pièces du dossier), mais les faits sont là: ce multison 29 s'est déroulé sans incident majeur qui aurait pu mettre à mal notre organisation et prouver que nous n’étions pas capables d'assumer cette organisation qui existe depuis 2008.

Chaque année, on nous demande de changer de terrain, d’être plus autonomes, plus structurés et chaque année nous le faisons ! Nous avons l'impression que jamais on ne nous accordera du crédit, que nous sommes les parfaits boucs émissaires du trouble de notre société. Monsieur le préfet croit qu'il peut donner des chiffres en pâture dans la presse pour encore une fois nous décrédibiliser et dénigrer le multison 2013 qui, jusque-là était un évènement conforme au cahier des charges et était dans la dynamique de la démystification et de la démarginalisation de notre culture alternative des fêtes libres.

Pourquoi Monsieur le préfet a-t-il attendu deux jours avant la manifestation que nous avons choisi de réaliser sans son accord, pour annoncer une dette colossale de 30 000 € de notre organisation 2013 ? D'ailleurs, nous lui laissons le soin de détailler cette somme. Si cette dette était vraie pourquoi ne pas l'avoir annoncée tout de suite à la fin du multison 2013 "Plogotek" ? Cela aurait été plus simple pour nous empêcher une nouvelle édition 2014, non ? Monsieur le préfet pense sans doute que seuls les gens en costume-cravate et mocassins ont raison et que les gens en sweat à capuche et baskets doivent l'accepter, bonjour notre avenir rempli de magouilles et d'argent roi si cela doit être vrai.

Nous sommes honnêtes et l'avons toujours été. Nous avons personnellement payé toutes nos dettes de l'édition du Plogotek. Nous avons les papiers, dossiers, contrats et budgets qui le justifient si besoin. Nous pensons simplement que la préfecture a été vexée, parce que nous avions dit que nous essayerons de prendre en charge le cout du traitement des déchets de l’édition 2013 (hors il était écrit dans le dossier 2013 que celui-ci restait à sa charge, et elle a validé ce dossier) ; sauf que suite à la validation du dossier on nous a demandé plein de garanties supplémentaires dont 3 km de barrières « Herras » (8000€) pour protéger les cultures voisines, cela n'était pas dans notre budget initial et c’est ce qui a empêché de payer les poubelles (8000€).

La préfecture n'a pas apprécié notre manœuvre, ce qu'on peut comprendre, c'est l'argent du contribuable, mais on est vraiment loin des 700 000€ dépensés pour le teknival du 1er mai à Reims par le gouvernement. On peut comprendre toute la difficulté à débloquer des fonds supplémentaires (8 000€), mais cela faisait parti de leur engagement. Nous regrettons de n'avoir pas été informés de la situation alors que nous commencions les démarches de l'édition 2014 en proposant des terrains (Beuzec Cap Sizun, Riec-sur-Belon), et avons été réellement surpris de découvrir que les secours n'avaient toujours pas été payés entièrement un an après.

Pourquoi nous avoir laissé avancer sur notre recherche de terrains sans nous avertir simplement de la situation? Sans doute que la préfecture avait pensé qu'on ne trouverait pas de terrain répondant au cahier des charges. Il faut se rendre compte que cette nouvelle recherche année après année n'est vraiment pas une simple affaire, et que le département n'est pas extensible. Le site de Botmeur a déjà été validé quatre fois pour dossier "free party" par la préfecture dont une avec une affluence de 10 000 personnes (1er mai 2006, Epsylonn-Otoktone), il n'a y jamais eu de craintes ni de problèmes écologiques soulevés par « Bretagne Vivante » ou le Conseil Général. D'ailleurs, le risque d'incendie que nous avons aussi redouté avec une météo sèche, c'est transformé en week-end pluvieux mais non boueux avec un soleil du dimanche après-midi. Peut-on voir ironiquement un signe que les cieux sont avec nous ?

D'ailleurs on voudrait savoir combien d'argent on a couté cette année aux institutions? Sans ce cadre légal que les autorités nous imposent et qu'elles défissent eux-mêmes, sans prendre en compte notre identité amateur et alternative.

On oublie pas de parler du nombre de C.R.S. et de l'argent que ça coutent pour les mobiliser, ainsi que le pl qui ont servit pour les saisies. Y avait pas d'argent pour accompagner notre projet, mais pour de la répression alors que ça c'est bien passer, là ya pas de problème!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le travail que nous apprécions depuis 2008 et voulons continuer avec les autorités se dégrade, faute à ces autorités qui essayent de nous mettre dans une case de festival standard, où tout est quantifié et budgétisé selon la valeur argent. Nous ne voulons pas de ça, nous voulons une nouvelle case pour les évènements de cultures alternatives où les valeurs de solidarité et d'autogestion sont prises en compte. Nous avons montré ce week-end que des choses innovantes peuvent être crées pour défendre ces idées avec le bel exemple d'avoir fait nous même le poste de secours sur site : nous n’avons dépensé aucun argent pour cela, on a juste compté sur la solidarité. Une trentaine de personne étant du milieu médical, ou ayant des bases de premiers secours ont répondu à cet appel. Pour être honnête, seulement la moitié ont assuré leur rôle, mais pour une première expérience avec un délai vraiment proche de l'évènement, nous jugeons cette initiative concluante et pensons la développer sous la forme d'une future association. Pour le bilan nous avons une quinzaine d'interventions de pompiers sur les trois jours de fête avec seulement quatre évacuations vers le CHU de Morlaix. Nous défions toute autre manifestation avec la même durée et affluence de faire mieux.

Notre culture est de créer des zones d'expression festives et accessibles à tout le monde, et non standardisées comme voudrait la société. On peut voir un parallèle avec le fest-noz qui possède pour nous la même essence :

musicale (musique répétitive et continue ex ti-ra-la-la-lé-lo)
prix et horaires non définits
amateurisme
pas de discrimination à l'entrée
création d'espace festif...

Le terreau festif est le même, ce qui expliquerait l’engouement de la jeunesse locale pour la free party. Ah non chez nous, il y a de la drogue ! Nous répondons que oui, comme dans toute la société et nous défions tous les milieux festifs de nous dire qu'ils sont clean. La free party n'a pas invité la drogue, la réciproque est vraie aussi. Notre mouvement est basé sur la technologie, ce qui fait la différence avec le fest-noz , chez nous c'est : amplis, enceintes, processeurs, platines, tables de mixages, contrôleurs, jeux de lumières, lasers, visu... Le matériel et sa qualité technologique ne cesse de progresser dans nos soirées, ainsi que les efforts financiers et l'énergie que nous mettons dedans pour proposer des fêtes libres toujours de plus en plus belles. Mais si des personnes ne veulent simplement y voir que des supermarchés de la drogue, qu’ils le fassent, chacun son avis, mais qui n'oublient pas d'ouvrir les yeux au quotidien.

Nous sommes vraiment déçus et encore plus écœurés que jamais de la fin du week-end dernier, avec ces saisies complétement injustifiées car il faut quatre circonstances cumulatives pour saisir (+ 500 personnes, communication de l’évènement, musique amplifiée et non aménagement du site) et il manquait une, car le site est aménagé comme pour un dossier multison légal (nous avons fait passé un huissier de justice pour justifier cela). Puis cette manœuvre de faire venir les représentants de l'évènement auditionner en gendarmerie, les garantir que si des saisies doivent se faire, on attendra le fin de leurs dépositions, ce qui n'a pas été le cas car les saisies se déroulaient pendant ce moment là, contrairement à ce que les gendarmes avaient annoncés. Nous avons prouvé que nous savons assumer la situation, que nous savons prendre nos responsabilités pour défendre la fête libre. Mais comment voulez-vous qu'on se sente concernés par le fait d'aller voter ? Si on nous décrédibilise, stigmatise et écoutons jamais, surtout quand nous pensons faire les choses bien et que nous pouvons le justifier, si les choses doivent avancer, il faudrait que nous et les autorités nous nous écoutions. Le multison 29 est la vitrine de la scène free party du Finistère, nous avons accepté les saisies pour ne pas dénigrer et casser cette belle vitrine avec tout le travail fait depuis 2008. Cependant, nous prévenons que d'autres évènements festifs free party, en soutien des saisies injustifiées, vont se dérouler ce week-end, et que ces soirées seront beaucoup plus revendicatives et nous n'aurons pas peur des affrontements policiers si besoin.

Nous sommes une pièce de ce puzzle démocratique qu'est notre société, mais nous ne nous reconnaissons pas dans son évolution et n'avons pas peur de le dire. Nous pouvons être des acteurs pour des valeurs qui nous concernent et n'oublierons jamais de vous le démontrer si vous ne voulez pas nous écouter, quitte à dégrader la situation et oublier une conscience festive qui pourrait être salutaire pour les deux partis !

Laissez -nous gérer nos fêtes !

Statistiques: Posté par Minouchka — Lun Juil 28, 2014 11:58 am


]]>
2014-07-28T11:56:40+02:00 2014-07-28T11:56:40+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3498&p=20815#p20815 <![CDATA[Activisme • Proposition de calendrier de travail par l'Etat]]> Le calendrier de travail proposé par l'Etat le 27 juin (envoyé en même temps que le CR de la réu du 4 avril).
Au moins 10 saisies ont eu lieu en France depuis le 4 avril; face au maintien de la répression, les sons refusent toujours de retourner à la table des négociations.
Les actions revendicatives sur le terrain continuent.


Etat a écrit:

1er phase 2014 (rappel)

- 5 février 2014 : première réunion place Beauvau ministère de l'Intérieur, ministère de la Jeunesse. et organisateurs de rassemblements festifs [Réalisée]
- Réunion de mi-mars reportée à mi avril à la demande des organisateurs le temps de prévoir des concertations en région [Reportée à début avril]
- Deuxième réunion le 4 avril 2014 Intérieur, Jeunesse, organisateurs au sein des locaux du ministre du ministère en charge de la jeunesse [Réalisée]
- D'ici fin avril 2014 envoi d'un texte ou d'un courrier à l'ensemble des préfectures avec une note sur le cadre législatif actuel et les invitant à mettre en place des démarches de médiation avec les organisateurs plutôt que des saisies. [Envoi réalisé le 22 avril 2014]


2ème phase 2014
Proposée entre le 18 juillet et le 1er aout (avant le teknival du 15 août)

- Troisième réunion Intérieur et Jeunesse + organisateurs
Point sur les saisies perdurant pour les petits rassemblements
Travail sur le projet de circulaire et de fiche Réflexe
- Pendant l’été : travail technique pour finaliser une circulaire et la fiche réflexe et les arguments sur le cadre législatif (seuil de déclaration de 500 à 750, 1000 ou 1500 ?)



3ème phase 2014
septembre 2014

- diffusion de la circulaire et de la fiche réflexe demandant, aux préfets, la nomination de médiateurs départementaux pour octobre 2014
- travail sur le cadre législatif et Rédaction de la modification législative mais avec quel vecteur ?

1ère phase 2015

- Formation des médiateurs départementaux par régions en associant les organisateurs des associations de jeunesse et des associations de prévention [PNF 2015]
- Organisation d'une rencontre nationale « Fête, Jeunes et Territoires » [Avril 2015 à Bourges]

Statistiques: Posté par Minouchka — Lun Juil 28, 2014 11:56 am


]]>
2014-07-28T11:49:34+02:00 2014-07-28T11:49:34+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3497&p=20814#p20814 <![CDATA[Activisme • Compte-rendu ministériel de la réunion du 4 avril 2014]]> Ce compte-rendu de la réunion du 5 avril 2014 a été envoyé le 27 juin 2014.
Il a été validé par les ministères de l'Intérieur et de la Jeunesse, pas par les représentants du mouvement Techno.

CR officiel a écrit:
Rencontre entre des organisateurs de rassemblements festifs impliqués dans le dossier des free party, le Ministère de l'Intérieur, le Ministère des Droits de la femme, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Lieu :
Direction de la Jeunesse et de l’Education populaire
90 avenue de France - Paris


Liste des présents :

Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports :
Mikaël GARNIER-LAVALLEY, Délégué interministériel à la jeunesse
et Directeur de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative
Eric Bergeault, référent national des rassemblements festifs organisés par les jeunes (mission pour la DJEPVA)
Ministère de l’Intérieur :
Claude Dumont , chef du bureau des polices administratives, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques
Christelle Brosse, chargée de mission à la DLPAJ
Associations :
Samuel Raymond , Freeform
Fabrice Perez, Techno Plus
Organisateurs de rassemblements festifs – free party
BRETAGNE : Vincent Tanguy , 716 / Association Arts et Cultures
Julien Gavard Convoyeurs de Sons
CENTRE : Fabrice Leleu
FRANCHE COMTE : Morgan Fumey , Hacid Burn - Résistance Sonore Est
LANGUEDOC-ROUSSILLON : Rudolf André, Suce Mon Beat
Romain Dinard, Mackiz’arts
PACA : Maître Thibault Dupont, avocat
PARIS IDF : Ivan Bourreau, MST
Jean-Marc Estève, Insoumis
PAYS DE LOIRE :
Ronan Legal, 44en Kval
Autres régions :
Pierre Figureau
Benjamin Lagren
Rudolphe André
Yoan De Mezenes



Ordre du jour :
 Validation du compte rendu de la précédente réunion du 5 février 2014
 Perspectives de travail et de mesures concrètes d'accompagnement des organisateurs de rassemblements festifs, cadre législatif (en présence de la DLPAJ du ministère de l’Intérieur)
 Outils techniques à actualiser afin de diffuser les bonnes pratiques à l'ensemble des départements : fiche réflexe à actualiser au cours du premier semestre
 Calendrier
-----------------------------------------------------------------------
Monsieur Garnier Lavalley ouvre la séance en remerciant les différents acteurs pour leur présence à cette seconde réunion consacrée à la gestion des rassemblements festifs de musique électronique.
La participation de deux ministères, Intérieur et Jeunesse, permet une approche croisée entre différents modes d’intervention de l’Etat : au titre des pratiques culturelles des jeunes mais aussi dans le souci du bon déroulement de ces rassemblements.
Il rappelle que la jeunesse est un enjeu fort au sein des politiques publiques développant aujourd’hui une approche interministérielle.
A partir des difficultés rencontrées sur le terrain, il s’agira d’ élaborer des perspectives de travail partagées.
Les représentants des collectifs et des associations sont également satisfaits de cette approche réunissant plusieurs ministères.
1) Validation du compte rendu de la précédente réunion du 5 février 2014
Monsieur Eric Bergeault, présente le compte rendu de la précédente réunion en date du 7 février. Les deux ministères, en la présence de représentants des cabinets, s’étaient engagés à renouveler un dispositif de rencontre et de concertation avec des acteurs régionaux organisant des rassemblements festifs.
La présentation du compte rendu n’appelle pas de modifications importantes des axes de tarvail proposés. Il est par contre proposé d’associer le ministère de la Culture aux prochaines rencontres. Le compte rendu est validé.

2) Perspectives de travail et de mesures concrètes d'accompagnement des organisateurs de rassemblements festifs, cadre législatif

2.1 - Etat des lieux présenté par les organisateurs de rassemblements festifs

Les représentants des sound systems font par état d’une vive inquiétude ressentie sur le terrain en raison :
de la multiplication des saisies de matériel sonore. Le cadre législatif fixe le seuil à 500 personnes pour devoir déposer un dossier de déclaration en préfecture. Or ces saisies ont eu lieu lors de très petits rassemblements (50 personnes) alors que les organisateurs disposent aussi, pour certains, d’autorisations du propriétaire du terrain. Les organisateurs ont dû faire appel à un avocat : Maitre Dupont Thibault, assistant à cette réunion. Il indique intervenir effectivement dans de nombreux dossiers auprès des parquets.
Le matériel de sonorisation est généralement rendu plusieurs mois après la saisie au terme de nombreuses démarches coûteuses, longues et inutiles pour obtenir l’ordre de restitution. La saisie du matériel sonore est vécue, par les jeunes passionnés de musique, de façon violente.
des réelles difficultés pour certains organisateurs souhaitant déclarer leur rassemblement :
des jeunes organisateurs ont rencontré des difficultés dans de nombreux départements pour expliquer leur projet voire pour être reçus par les services. Ils ont été parfois accompagnés par l’association Freeform, nouvellement créée et qui favorise la médiation.
des propriétaires de terrains ayant donné leur accord se sont vus découragés par les forces de l’ordre (un cas signalé dans l’Aude)
des expériences de médiation ou de concertation qui avaient fonctionné avec des préfectures pendant 3 ou 4 ans sont aujourd’hui remises en cause. Par exemple, en Bretagne, ce qui a conduit fin 2013, à des tensions et à l’organisation d’un teknival de protestation avec 15 000 personnes. La préfecture de région a su initier de nouvelles rencontres depuis.

des situations parfois très tendues, avec les autorités locales, lors de festivals ou de rassemblements festifs alors qu’un travail préparatoire commun les auraient évitées. Monsieur Samuel Raymond, de l’association Freeform, témoigne des missions d’appui qu’il a dû réaliser dans plusieurs départements.

d’octroi de peines complémentaires à des jeunes organisateurs avec par exemple des retraits de permis de conduire sans lien avec une infraction routière – un exemple est donné en séance d’un jeune ayant vu son permis retiré plusieurs semaines après le festival, sans aucune infraction au code de la route. Il a du coup perdu son emploi (nb : ces peines complémentaires sont une disposition de la loi de Sécurité Intérieure)


Sans avancée concrète, les représentants des collectifs indiquent qu’il sera plus difficile d’expliquer à l’ensemble du mouvement la portée de ces rencontres nationales et l’intérêt de participer à des groupes de travail.



C’est la raison, pour laquelle, les organisateurs d’évènements festifs souhaitent :

que la loi actuelle, la réglementation soient respectées et qu’un rappel puisse être envoyé à l’ensemble des préfectures et services de l’Etat

que les saisies et les interventions sur les terrains soient suspendues si elles ne sont pas justifiées et notamment pour les petits rassemblements de moins de 500 personnes qui ne font pas l’objet de déclaration préalable,

qu’en cas d’infraction pour des rassemblements entre 500 et 1500 personnes que d’autres sanctions, différentes des saisies, soient recherchées dans le cadre prévu par la loi.



2.2 Perspectives de travail


Le ministère de l’Intérieur a eu connaissance de ces difficultés dans certains départements et a repris contact avec les services concernés.

Pour le ministère en charge de la Jeunesse, l’avantage des groupes de travail est d’élaborer des mesures concrètes telles qu’elles avaient été annoncées lors de la réunion de février, en concertation avec le ministère de l’intérieur :

1. rédaction d’une circulaire sur les rassemblements festifs prônant, dans un premier temps, à droit constant, des démarches de médiation
2. réactualisation du réseau de médiateurs départementaux pour les rassemblements festifs organisés par les jeunes. Dans la circulaire à venir, il sera également demandé aux préfets de confirmer ou de nommer ces médiateurs départementaux. Ces derniers devraient être des personnels techniques du ministère de la Jeunesse en DDCS ou DDCSPP en raison de leur connaissance des pratiques culturelles des jeunes et de la vie associative.
3. actualisation de la fiche Réflexe nationale en associant des organisateurs de rassemblements festifs
4. réunion d’un groupe de travail sur l’évolution du seuil de déclaration


La réunion de ce 4 avril intervenant dans un contexte de changement ministériel, monsieur Garnier Lavalley indique, que le contenu de la circulaire sera élaboré ultérieurement, les membres des cabinets n’étant pas à ce jour désignés.

Les membres des collectifs d’organisateurs ont conscience que ces mesures faciliteraient leurs démarches. Ils rappellent l’existence d’une circulaire datant de 2002 qui avait été peu suivie d’effets.

Concernant les saisies de matériel, Monsieur Dumont, de la DLPAJ, précise qu’il faut avant tout distinguer des éléments relevant de deux niveaux distincts :

1. les dispositions de police spéciale prévues par la loi de 2002 et le décret afférant : la possibilité est donnée aux préfets, pour les rassemblements de plus de 500 personnes, de demander, à l’autorité judiciaire, une saisie du matériel

2. en dessous du seuil de 500 personnes, cette police spéciale ne s’applique pas, ni les saisies mais demeurent les pouvoirs de police générale du maire ou du préfet (quand il ya un risque de troubles à l’ordre public).


L’association TechnoPlus, structure de prévention et de réduction des risques, a mené en 2013 – 2014, « un observatoire de la répression » afin d’étudier le contexte actuel des rassemblements festifs.

Les personnels de TechnoPlus indiquent avoir assisté à des tensions sur de nombreux rassemblements festifs déclarés ou non. Avec cet observatoire, l’association dispose de nombreux témoignages de jeunes qui auraient subi des comportements inadmissibles de la part de certains représentants de forces de l’ordre : insultes, violences, discussions avec les armes sorties…Les jeunes ont l’impression que tout est permis parce que c’est en rave party et qu’ils n’ont aucun recours, notamment le week end pour signaler des situations difficiles ou des tensions sur le terrain.


Concernant les difficultés rencontrées dans certains départements, Eric Bergeault indique être régulièrement saisi, dans le cadre de sa mission de référent national des rassemblements festifs organisés par les jeunes. Il est contacté à la fois par des initiateurs de rassemblements festifs mais aussi par des membres du corps préfectoral demandant un appui dans l’analyse des projets d’évènements festifs.
Afin de faire évoluer les présentations et de faciliter les contacts entre les différents acteurs, il précise qu’il est nécessaire d’organiser un dialogue constant, récurrent entre les organisateurs, les services de l’Etat (Préfecture, Police, Gendarmerie, mais aussi services en charge de la Jeunesse en DDCS ou DDCSPP, DRJSCS), services de secours (SDIS), associations de prévention. Ce travail qui a déjà été expérimenté et modélisé à travers la fiche Réflexe permet :
de connaître les missions et les attentes de chacun, dans le respect des domaines de compétences
d’étudier les projets de rassemblements festifs sur le moyen et le long terme afin de favoriser le partage des responsabilités.

Un travail préparatoire permet d’adapter au mieux le dispositif et de faire des économies d’échelle et de coût. Le retour d’expérience de la préfecture du Nord (Teknival de mai 2013) avait mis en avant l’importance de ne pas travailler dans des délais trop courts et l’utilité d’une médiation effectuée sur place.
Eric Bergeault précise que « plus il y a de médiation en amont du rassemblement, festif, moins il y a de problématiques accrues ». Le déroulement en est facilité et cela diminue aussi les risques en matière de sécurité, d’ordre public et de santé publique : coordination entre les acteurs, meilleure gestion de l’information,…
C’est aussi un enjeu pour les préfets qui ont avant tout le souci de la santé et de la sécurité du public.

Monsieur Dumont, de la DLPAJ, rejoint ces propos et rappelle que pour le ministère de l’Intérieur, l’objectif est effectivement que ces rassemblements festifs se déroulent en bonne intelligence entre les différents acteurs. C’est la raison pour laquelle, la DLPAJ, se satisfait d’avoir été associée à ces réunions avec le ministère de la Jeunesse et des représentants de collectifs d’organisateurs.
Les organisateurs de rassemblements festifs demandent s'il existe aussi un relevé régulier du nombre d'événements techno en France. La DLPAJ n'a pas connaissance d'une enquête régulière. Seules des questions de parlementaires sont posées à l'Assemblée nationale une à deux fois par an sur des situations particulières. À l'occasion de l'envoi de la prochaine circulaire un recensement des rassemblements techno pourra être demandé aux préfectures ( refusés ou déclarés).

Selon les organisateurs présents, les rassemblements de moins de 500 personnes représenteraient au moins 95 % de la totalité sur un an. Or, ce sont ces types d’évènements, non soumis pour certains, à l’obligation de déclaration, qui connaissent de grandes difficultés sur le terrain.

Au sujet de la question spécifique des teknival du 1er mai et du 15 août, ces deux projets sont évoqués directement avec le ministère de l'intérieur lors de réunions distinctes. Les organisateurs souhaitent préparer des projets concertés plus en amont et aussi moins onéreux pour l'État.

Au sujet de l’évolution du cadre législatif, Monsieur Dumont précise que cela nécessitera un travail plus long :
Un projet de loi passe par un examen par le conseil d'État avec une étude d'impact
Passage aux assemblées : soit il s'agit d'un projet de loi indépendant soit il s'agit d'une seule modification d'un article qui peut à ce moment-là emprunter un autre vecteur.
Chaque projet de loi ou modification d’article doit faire être motivé et présenter les effets par exemple d’un changement de seuil.

Mikael Garnier Lavalley rappelle que, si la demande est une évolution législative, le calendrier de travail devra être fixé et validé par les cabinets. Il est aussi possible de construire, dans ce laps de temps, des outils pédagogiques ou interprétatifs afin que la situation s'améliore sur le terrain.

Monsieur Raymond, de l’association Freeform, demande, en séance, une lecture commentée du cadre législatif actuel. Les représentants du ministère de l’Intérieur confirment que la déclaration d’un « rassemblement festif à caractère musical » repose sur 4 critères :
la diffusion de musique amplifiée
le nombre prévisible de personnes présntes supérieur à 500
une annonce par voie de presse ou par autre vecteur de communication
des risques éventuels pour les participants (exemple terrain dangereux)

3) Outils techniques à actualiser afin de diffuser les bonnes pratiques à l'ensemble des départements : fiche réflexe à actualiser au cours du premier semestre

Les organisateurs de rassemblements festifs sont prêt à s'engager sur la démarche nationale (création d'outils, fiche réflexe, travail avec des médiateurs) si sur le terrain les entraves sont pas mises systématiquement au dialogue avec les autorités locales.

La fiche réflexe et la circulaire permettront, dans un certain nombre de cas, de sensibiliser de nouveau des préfectures sur les dispositions de la loi, d'autant plus qu'il y a une forte mobilité dans les services ou en préfecture. Les interlocuteurs changent souvent.

Dans certains départements, la médiation et le dialogue ont été valorisés et font l'objet d'une bonne couverture presse. Les jeunes organisateurs démontrent leur capacité à accueillir du public tout le week-end avec une conscience festive.
Les organisateurs indiquent en réunion avoir l'impression de « se faire essorer leurs pratiques amateurs » : pour organiser un festival des services de l'État demandent de plus en plus d'éléments comme s'ils étaient professionnels.

Les jeunes demandent aussi que leurs pratiques culturelles soient reconnues : musique sculpture performance..
Il y a une nouvelle génération de jeunes s'investissant dans le mouvement techno ou électronique et qui organise ses premiers rassemblements. La multiplication et la démocratisation de nouveaux outils numériques pour créer de la musique a permis depuis 5 ans la mobilisation de nouveaux jeunes.

Le rapport de Jean-Louis Dumont député est évoqué. Avec l'aide d'un sociologue, des propositions intéressantes avaient été formulées.

Au-delà des enjeux à court terme et moyen terme Eric Bergeault souhaite aussi évoquer une approche culturelle des pratiques festives.
La reconnaissance des différents mouvements culturels, l'évolution des représentations auprès des élus ou deux ou des médias sont autant d'enjeux sur le long terme.
L'accompagnement de la fête pour les jeunes et les adultes est un sujet qui fait l'objet de plus en plus de colloques organisés aussi par des collectivités locales.
La question des jeunes de la fête sera un enjeu important dans les politiques de jeunesse : quel type de fête, dans quel lieu, avec quels comportements et quel sens donné à la fête ?
Le ministère en charge de la jeunesse à organisé deux fois des rencontres nationales intitulées "Jeunes, fêtes et territoires". Un projet pourra être travaillé pour une édition 2015, dans le cadre du Printemps de Bourges. Lors de cette rencontre nationale, les rassemblements techno pourraient faire l’objet d’une séance plénière par exemple.


En conclusion il est décidé :

1. d'envoyer d'ici fin avril un courrier à l'ensemble des préfectures évoquant le cadre législatif actuel et en prenant la médiation plutôt que les saisies.
2. de préparer un calendrier de travail jusqu'à la fin de l'année 2014 pour avancer concrètement sur :
a. la rédaction d'une circulaire
b. la réactualisation de la fiche réflexe
c. la nomination de médiateurs départementaux pour les rassemblements festifs organisés par les jeunes. Leur action sera coordonnée par Éric Bergeault référent national. Les médiateurs devraient être principalement issus des personnels du ministère de la jeunesse pour leur connaissance de la vie associative et des pratiques culturelles des jeunes.
Monsieur Garnier Lavalley rappelle les travaux du comité interministériel de la jeunesse mettant les jeunes au centre des politiques publiques.
Les participants s’accordent pour associer, aux prochaines réunions, d’ici la fin de l’année, les ministères de la Justice et de la Culture ainsi que le ministère de l'Agriculture au sujet des terrains.

La séance est levée à 16h30.

Statistiques: Posté par Minouchka — Lun Juil 28, 2014 11:49 am


]]>
2014-02-05T06:39:52+02:00 2014-02-05T06:39:52+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3396&p=20562#p20562 <![CDATA[Activisme • ]]> Celui de Loire-Atlantique cette fois, avec (encore) quelques modifs. J'espère que ce sera le dernier et qu'après on passera direct au compte-rendu. :scratch:



Communiqué de Sound Systems de Loire Atlantique
>
>
> Pour certains, vous êtes au courant, d’autres en ont entendu parler, d'autres encore l’ignorent…
>
> Quoi qu’il en soit, la situation du mouvement Tekno continue à se dégrader et plusieurs Sound Systems et associations se mobilisent pour inverser la tendance.
>
> Les organisateurs du festival du 1er mai et Technotonomy, qui sont déjà en contact avec le gouvernement, ont proposé une réunion le 5 février 2014. Nous avons demandé à y participer aussi. Nous serons reçus par l'Intérieur ET Jeunesse et sports.
>
> Ordre du jour proposé par le gouvernement:
>
> 1. Présentation, point sur la situation sur le terrain dans les régions de France et doléances des Sound Systems
> 2. Echanges sur la mise en place des Etats Généraux de la Free party
> 3. Présentation du dispositif des Médiateurs Jeunesse par Eric Bergeault
> 4. 4. Mise en place d’un calendrier ET d’une équipe d’organisation pour le Teknival du 1er mai.
>
> Des personnes vont donc se rendre au ministère pour voir de quoi il en retourne, et s’il y a possibilité de faire avancer les choses en notre faveur.
>
> Le délai est court, trop court pour que nous puissions gérer une communication entre les divers Sounds Systems de France, c’est pourquoi nous tenons à clarifier la situation :
>
> - Cette réunion est un premier pas, l’une des exigences étant d’obtenir un calendrier de réunions sur toute l’année, au niveau national, régional et départemental, de manière à pouvoir nous coordonner et à pouvoir remonter l’avis et la position de Sound Systems qui s’investiraient par la suite.
>
> - Nous allons informer le ministère de notre mécontentement suite aux multiples actions mettant à mal notre passion et notre culture et que seulement sous certaines conditions la concertation pourrait reprendre normalement
>
> - Il n’y aura pas de négociations lors de cette 1ère réunion, aucune décision ne sera prise sans en référer aux Sound Systems. Nous mettrons un point d'honneur à être le plus transparent et représentatif possible !Les représentants pour les Pays de Loire sont Julien(CKD) et Ronan(44 en K-Val).
>
> - Tout avis est bon à prendre, qu’ils soient pour ou contre des négociations avec le gouvernement car ce n’est qu’en avançant ensemble, malgré nos divers opinions et nos différences, que nous arriverons à quelque chose.
>
> - Préalablement à toutes négociations, nous exigeons :
>
>
> ¤ L'arrêt immédiat des saisies de matériel de Sound Systems,
>
> ¤ Retrait par décret de la possibilité de saisir les véhicules et de suspendre les permis des organisateurs,
>
> ¤ Augmentation par décret de la limite du nombre prévisible de participants de 500 à 1500,
>
> ¤ Respect de la législation en vigueur concernant les cadres de loi imposés aux soirées de type Free Party, qu'elles soient déclarées ou non.



Nous avons cherché à contacter un maximum de Sound systems du département, et nous sommes en contact constant avec plusieurs autre Sound system de France.

Suite à cette réunion, nous diffuserons bien évidement un compte rendu.

De même nous organiserons des réunions de concertation entre sound system suite à cette réunion et pour préparer les prochaines.

Rave on

Faites tourner !

Statistiques: Posté par Minouchka — Mer Fév 05, 2014 6:39 am


]]>
2014-02-04T14:47:35+02:00 2014-02-04T14:47:35+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3396&p=20561#p20561 <![CDATA[Activisme • ]]> CoMMuNiqué des soNs de BzH ConcerNant l'EvoLutioN de Notre moUvemenT.

Attention, ce n'est pas exactement le même que dans le 85:





Réunion avec l'Intérieur (5/02/2014).

Pour certains,vous êtes au courant,d’autres en ont entendu parler,d'autres encore l’ignorent…

Quoi qu’il en soit,la situation du mouvement Techno amateur en France s’est dégradée et plusieurs sound systems et associations se sont mobilisés pour inverser la tendance(pétitions et communiqués des assos de réductions des risques,teknival trans-off,multi44,etc..).

Les organisateurs du teknival du 1er mai et technotonomy,qui sont déjà en contact avec le gouvernement,ont proposé une réunion le 5 février 2014.Nous serons reçus par l'Intérieur ET Jeunesse et sports.

Ordre du jour proposée par le gouvernement:

1. Présentation, point sur la situation sur le terrain dans les régions de France et
doléances des sound systems
2. Echanges sur la mise en place des Etats Généraux de la Free party
3. Présentation du dispositif des Médiateurs Jeunesse par Eric Bergeault
4. Mise en place d’un calendrier et d’une équipe d’organisation pour le Teknival du 1er mai.

Des personnes vont donc se rendre au ministère pour voir de quoi il en retourne, et s’il y a possibilité de faire avancer les choses en notre faveur.

Le délai est court, trop court pour que nous puissions gérer une communication entre les divers sounds systems de France, c’est pourquoi nous tenons à clarifier la situation.

- Cette réunion est un premier pas, l’une des exigences étant d’obtenir un calendrier de réunions sur toute l’année, de manière à pouvoir nous coordonner et à pouvoir remonter l’avis et la position de sound systems qui s’investirait par la suite.

- Nous allons informer le ministère de notre mécontentement suite aux multiples actions mettant a mal notre passion notre culture et que nous avons des doléances a leur remonter (voir en fin de page) et que seulement sous certaines conditions la concertation pourrait reprendre normalement

- Il n’y aura pas de négociation lors de cette 1ère réunion, aucune décision ne sera prise sans en référer aux sound systems.

- Les points d’honneurs sont: Représentativité et Transparence. Nous sommes conscients qu’il y a encore beaucoup de travail pour tenir ces objectifs, quoi qu’il en soit c’est la motivation 1ère des personnes qui seront présentes à cette réunion.

- Tout avis est bon à prendre, qu’ils soient pour ou contre des négociations avec le gouvernement.

- Ce n’est qu’en avançant ensemble, malgré nos divers opinions, nos différences que nous arriverons à quelque chose.Ce n’est que faisant table rase des veilles histoires et querelles que nous obtiendrons ce que nous voulons.

Revendication :

-Stopper:

*les saisies voire destruction de matériel (ex:muca/lpb/afranchis/farfatek dep35, sos dep33, enketIItek dep35,etc...)

*les peines complémentaires type suspension du permis de conduire (ex: 44 en k-val au multifuck44)

*les interventions en cours de soirée sans sommation (ex: enketIItek dep35)

*le non respect des closes de déclaration d'évènement comme pour le multi44

*les pressions faites sur les potentiels propriétaires de terrains par les autorités et les maires

-Mettre en place:

*réunions de médiation a l'échelle département/région entre sound6tems/préfectures/délégués jeunesse et sports

*"rencontres de la free party" (réunion/conférence/débat/découverte) avec sound6tems/prefectures/maires/agriculteurs/etc...

*prise de contact systématique avec les autorités pour médiation en cours de soirée (non déclarée) pour entre autres identifier les zones a risques pour y remédier au besoin et garantir la tenue de l'évènement jusqu'à sa fin

*débloquer des terrains de l'état (dans chaque région par exemple) pour l'organisation de grands rassemblements

*un calendrier de réunion sur l'année, détaché de l'organisation du tekos du 1er mai. Qui permetteront de voir les avancées et remonter de nouvelle doléance.

*un groupe de travail (avec les représentants et le gouvernement) pour faire une refonte complete des loi encadrant les événements amateur de musique éléctronique... reprendre tous depuis 0 !

-Modifier:

*la législation sur la règle des 500 participants pour la repousser a 1500

*l'engagement de bonnes pratiques et mettre en place un contact permanent informé traitant du sujet avec les différents acteurs de manière transparente et structurée.

Statistiques: Posté par Minouchka — Mar Fév 04, 2014 2:47 pm


]]>
2014-02-04T14:46:32+02:00 2014-02-04T14:46:32+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3396&p=20560#p20560 <![CDATA[Activisme • ]]> Communiqué des Insoumis concernant la reprise d'un dialogue collectif:



http://www.freeparadeparis.org/doc/insoumis.txt
http://www.freeparadeparis.org/doc/insoumis.rtf
http://www.freeparadeparis.org/doc/insoumis.jpg
http://www.freeparadeparis.org/doc/insoumis.pdf

Communiqué des Insoumis concernant la reprise d'un dialogue collectif avec
le gouvernement

Suite aux actions de protestation réussies de Rennes (Teknival des
Trans-Off) et Nantes (Caravane Pirate), les organisateurs du festival du
1er mai et l'association Teknotonomy ont demandés un rendez-vous au
ministère. Lors de cette entrevue, une 2ème réunion a été programmée pour
le 5 février, avec quelques représentants issus de leurs réseaux régionaux
ou affinitaires, et avec pour ordre du jour :

1. Présentation, point sur la situation sur le terrain dans les régions de
France et doléances des Sound Systems.
2. Échanges sur la mise en place des États Généraux de la Free Party.
3. Présentation du dispositif des Médiateurs Jeunesse par Eric Bergeault.
4. Mise en place d’un calendrier et d’une équipe d’organisation pour le
Teknival du 1er mai.

L'information ayant été rendue publique par un représentant de l'Ouest, de
nombreux Sound Systems qui n'avaient pas été consultés se sont donc
réunis. A l'issue de ces discussion, nous avons demandé, avec succès, à
participer à cette réunion. Aucun d'entre nous ne souhaite négocier et
promettre quoi que ce soit, tant que des garanties sérieuses n'ont pas été
données par le gouvernement concernant l'avancée du dossier Free Party.

Nous souhaitons également que les débats soient ouverts à l'ensemble des
Sound Systems et retranscrits publiquement, par soucis de transparence et
d'horizontalité entre les Sound Systems. Si chaque Sound System et chaque
Réseau a ses propres revendications, certaines font consensus et servent
de bases communes :

- Arrêt immédiat des violences policières, des saisies de matériel et de
tout autre moyen de répression,
- Retrait par décret de la possibilité de saisir les véhicules et de
suspendre les permis de conduire des organisateurs,
- Augmentation par décret de la limite du nombre prévisible de
participants de 500 à 1500.

Tant que nous n'aurons pas obtenu d'avancées significatives, nous
prévoyons d'organiser des actions directes festives pour tenter de faire
pression sur le gouvernement.

Le court délai avant cette réunion ne nous a pas permis d'informer et de
mettre en place une coordination entre les Sound Systems d’Île-de-France.
Si ces discussions se poursuivent, il faudra bien que l'ensemble des sons
qui se sentent concernés se réunissent et s'accordent pour présenter un
front commun par la suite.

Les Sound Systems du Réseau des Insoumis ne croient toujours pas que le
lobbyisme ou la collaboration puissent avoir un impact majeur sur des
gouvernements à tel point démagogues et antidémocratiques, pour lesquels
leur maintien au pouvoir est le seul facteur réel déterminant leur
politique. Seule la pression par la menace de troubles généralisés à
l'ordre public et économique permet de les faire reculer, comme en 2005 où
nous avons ainsi pu obtenir le passage de 250 à 500. Pour un gouvernement,
la paix sociale n'a pas de prix !

Notre politique reste et restera celle d'une confrontation festive et d'un
rejet radical du consumérisme et cela malgré les coups que nous assène
l’État dans son acharnement contre toute tentative d'autonomisation :
peines de prisons et contrôles judiciaires, saisies à répétition de
matériel et de véhicules, retraits de permis, violences policières ayant
entrainées des blessures à vie, arrêts de soirées sans motif valable,...
Rien que pour le Réseau des Insoumis, le total des amendes et des frais
judiciaires s'élèvent à plusieurs centaines de milliers d'euros. Malgré
cela notre envie de Fête Libre reste entière, nous ne fléchissons pas,
nous ne nous soumettrons jamais !

Toutefois, si nous nous faisons un devoir de rappeler le plus fréquemment
possible au gouvernement que l'Autonomie Festive est et sera éternellement
une réalité, nous sommes également conscients que, seuls, nous ne pouvons
pas faire plus face à la machine étatique et ses moyens répressifs.C'est
pourquoi nous avons choisis de soutenir ces Sound Systems et de leur
apporter notre soutien dans leur tentative tant qu'ils resteront dans une
optique de confrontation festive en cas de refus du gouvernement d'accéder
à nos demandes.

Également, si nous accordons évidemment toute notre confiance à ces Sound
Systems, nous n'oublions pas qu'en face il s'agit de l'élite politique,
dont la spécialité est la manipulation. Souhaitant éviter à tout prix que
nos camarades tombent eux aussi dans les pièges où nous sommes tous tombés
par le passé et souhaitant démontrer clairement au gouvernement que nous
serons soudés en cas d'actions collectives de confrontation festive, nous
serons présents à ce rendez-vous.

Si nous observons que la volonté de nos camarades fléchit, que seuls les
dossiers déclarés sont pris en compte, que des acquis de nos luttes
passées soient mis en danger ou que nos convictions soient mises en
porte-à-faux par ces discussions ou par les actions inhérentes à cette
tentative de bras de fer avec l'état, il est évident que nous cesserons
immédiatement et irrémédiablement notre participation à cette initiative !

Nous n'avons aucunement la prétention ni même l'intention de représenter
l'ensemble des Sound Systems d'IDF. C'est pourquoi nous proposons donc une
Réunion Inter-Sound-Systems-IDF le vendredi 21 février pour voir ensembles
les suites à donner à cette initiative. Le lieu et l'heure seront précisés
par infoline, code 210214.

LONGUE VIE A LA RESISTANCE FESTIVE !!

Statistiques: Posté par Minouchka — Mar Fév 04, 2014 2:46 pm


]]>
2014-02-04T14:45:02+02:00 2014-02-04T14:45:02+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3396&p=20559#p20559 <![CDATA[Activisme • ]]> Message de sons de Vendée:




http://soundsystemdelouest.forumactif.org/




Communiqué de Sound Systems Vendéens

Pour certains,vous êtes au courant,d’autres en ont entendu parler,d'autres encore l’ignorent…

Quoi qu’il en soit,la situation du mouvement Tekno autogestionnaire continue à se dégrader et plusieurs Sound Systems et associations se mobilisent pour inverser la tendance.

Les organisateurs du festival du 1er mai et Technotonomy, qui sont déjà en contact avec le gouvernement, ont proposé une réunion le 5 février 2014. Nous avons demandé à y participer aussi. Nous serons reçus par l'Intérieur ET Jeunesse et sports.

Ordre du jour proposé par le gouvernement:

1. Présentation, point sur la situation sur le terrain dans les régions de France et doléances des Sound Systems
2. Echanges sur la mise en place des Etats Généraux de la Free party
3. Présentation du dispositif des Médiateurs Jeunesse par Eric Bergeault
4. Mise en place d’un calendrier et d’une équipe d’organisation pour le Teknival du 1er mai.

Des personnes vont donc se rendre au ministère pour voir de quoi il en retourne, et s’il y a possibilité de faire avancer les choses en notre faveur.

Le délai est court, trop court pour que nous puissions gérer une communication entre les divers Sounds Systems de France, c’est pourquoi nous tenons à clarifier la situation :

- Cette réunion est un premier pas, l’une des exigences étant d’obtenir un calendrier de réunions sur toute l’année, au niveau national, régional et départemental, de manière à pouvoir nous coordonner et à pouvoir remonter l’avis et la position de Sound Systems qui s’investiraient par la suite.

- Nous allons informer le ministère de notre mécontentement suite aux multiples actions mettant à mal notre passion notre culture et que seulement sous certaines conditions la concertation pourrait reprendre normalement

- Il n’y aura pas de négociations lors de cette 1ère réunion, aucune décision ne sera prise sans en référer aux Sound Systems. Nous mettrons un point d'honneur à être le plus transparent possible !

- Tout avis est bon à prendre, qu’ils soient pour ou contre des négociations avec le gouvernement car ce n’est qu’en avançant ensemble, malgré nos divers opinions et nos différences, que nous arriverons à quelque chose.

- Préalablement à toutes négociations, nous exigeons :

¤ L'arrêt immédiat des saisies de matériel de Sound Systems,

¤ Retrait par décret de la possibilité de saisir les véhicules et de suspendre les permis des organisateurs,

¤ Augmentation par décret de la limite du nombre prévisible de participants de 500 à 1500,

¤ Respect de la législation en vigueur concernant les cadres de loi imposés aux soirées de type Free Party, qu'elles soient déclarées ou non.

pour plus d'infos, vous vous rapprochez d'un son

Statistiques: Posté par Minouchka — Mar Fév 04, 2014 2:45 pm


]]>
2014-02-04T14:43:55+02:00 2014-02-04T14:43:55+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3396&p=20558#p20558 <![CDATA[Activisme • ]]> http://soundsystemdelouest.forumactif.org/


Message des Insoumis via le forum:


"MERCI DE DIFFUSER LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE - mails, forums, réseaux
sociaux,...

Création d'un Collectif National Unitaire et Informel des Sound Systems !

-Liste d'information et de coordination entre l'ensemble des Sounds Systems pratiquant la Free Party sans subvention, sur donation et dans des lieux non conçus pour recevoir du public : que ce soit une Fête Libre ou un événement encadré par l’état. Pour les teufs en salle des fêtes ou en parc d'expo, voir directement avec Technopol...

-L'objet de cette liste est de permettre aux informations de circuler correctement entre les divers Sound Systems et d’éviter ainsi que ces informations soient gardées par un petit groupe d'auto-élus.

-Si il est évident que tout le monde a son mot a dire, l'objet de cette liste n'est pas de créer de longs débats par mails, ni de devenir un lieu d'enjeu de pouvoir et de règlements de comptes (y des forums et/ou facebook pour ça. La liste pourra donc être modérée mais de manière collective (pas de censure individuelle comme on a pu voir par le passé).

-Cette liste n'a pas la prétention de représenter l'ensemble des Sound Systems, elle reste donc informelle et non décisionnaire. Ce n'est pas une pseudo-fédération avec ses chefs et ses lobbyistes, juste un moyen d’échange et d'information entre tout les Sound Systems et cela quelque soit leur obédience (autonomes, amateurs, affinitaires,...)

-En cas de problèmes judiciaires cette liste peut aussi servir de conseils et d'appel à l'aide. Même si vous vous en sortez seuls, n’hésitez pas à partager votre expérience qui pourra alors être utile à d'autres après vous ;-)

-Sauf cas d'invitation à une action collective de type Teknival, manifestation, action revendicative festive, multison, festival open to all,... les annonces de fêtes ou d'autres types d’événements ne sont pas autorisés ici.

-Pour être inscrit sur cette liste vous pouvez en faire la demande sur ce lien (on vous renverra un mail pour vous demander auparavant le nom de votre Sound System et votre region) :

https://lists.riseup.net/www/subscribe/freeparty"

Statistiques: Posté par Minouchka — Mar Fév 04, 2014 2:43 pm


]]>
2014-02-04T14:41:34+02:00 2014-02-04T14:41:34+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3396&p=20557#p20557 <![CDATA[Activisme • ]]> Message de Techno+:


Pourquoi Techno+ souhaite aller à la réunion au Ministère de l'Intérieur le 5 février 2014


Le long texte qui suit sert à expliquer le positionnement actuel de Techno+ : de l'analyse du contexte aux changements attendus.

Sommaire:
Le Contexte
les Enjeux
Ne pas retomber dans les erreurs passées
Adopter une méthodologie de négociation
Apport de Techno+


Le contexte
En fin d'année dernière plusieurs événements techno contestataires d'une ampleur jamais vu depuis plus de 10 ans se sont déroulés pour protester contre la répression du mouvement tekno :

le 21 septembre une multi-son annoncée publiquement et posée malgré l'interdiction de la préfecture en Loire-Atlantique
un manifeste anti-répression lancé fin novembre signé par 10 000 teufeurs
un communiqué du 6 décembre signé par 20 acteurs sanitaires de la scène techno demandant à l’État un changement de politique vis à vis des free parties
le 7 décembre décembre une opération escargot sur la rocade de Rennes suivi d'un teknival de 15 000 personnes
une free partie en plein centre de Nantes le 21 décembre
Suite à cela le ministère de l'Intérieur a proposé la semaine dernière une date de réunion pour le 5 février prochain à ces interlocuteurs habituels, les organisateurs du teknival du 1er mai, qui ont souhaité constituer une délégation comprenant des personnes issues de sound systems d'un peu partout en France. Le court délais ne favorise ni la transparence de l'information (de nombreux sons ne sont pas au courant), ni la démocratie du mode de désignation de cette délégation (quelle légitimité des représentants ?), ni le débat public sur le contenu de ce dialogue (au risque de diviser le mouvement). Bref de quoi alimenter les rumeurs les plus folles dans nos rangs.

De plus une partie non négligeable du mouvement est plutôt opposée au principe même du dialogue avec l’État. Pourtant ce qu'il en ressortira (s'il en ressort quelque chose) s'appliquera à tous. Techno+ ne se prononce pas entre les tenants de la négociation ou ceux du refus de celle-ci. En revanche il est primordial d'en finir avec des réunions qui ne servent qu'à organiser un tekos par an.

Les enjeux
Nos échanges récents avec des activistes du mouvements dont ceux ayant monté les actions listées plus haut montrent une volonté affirmée de rompre avec l'immobilisme en place depuis 2006. Certains d'entre eux participeront à cette réunion. Techno+ partage le même constat et souhaite aussi un vrai changement permettant de faire baisser concrètement la répression du mouvement.

Le simple fait de discuter avec le ministère de l’Intérieur divise notre mouvement. Il nous semble donc important d'adopter la plus grande transparence vis à vis de cette réunion afin qu'elle serve l'ensemble du mouvement et d'éviter les rumeurs et autres ragots.
De plus avoir cette réunion maintenant divise même ceux qui veulent discuter avec l’État. Nous pensons qu'une prise de contact avec la nouvelle administration n'est pas forcement négative si elle permet de déboucher sur une méthode de travail transparente et efficace. Nous pensons que cette réunion ne doit pas servir à négocier des points précis mais uniquement à connaître la base de discussion que nous proposera le ministère, à fixer quelques point de méthode, et ainsi de lancer un vrai débat au sein du mouvement sur la suite des opérations.

Il faut faire très attention à ne pas se faire endormir par le ministère et à maintenir la mobilisation contre la répression qui a permis d'attirer l'attention de l’État.

C'est pourquoi nous souhaitons tout de même participer à cette réunion initialement réservée aux sound systems par les organisateurs. Nous espérons qu'il n'y aura pas de blocage à cela.

Voici en toute transparence la contribution, en 3 parties, que nous voulons y apporter. N'hésitez pas à donner votre avis.

1/ Ne pas retomber dans les erreurs passées

Le premier point, et probablement le plus important de tous : il n'y a pas d'un coté les collabos qui discutent avec l’État et de l'autre, les branleurs qui préfèrent critiquer sans rien foutre ! Il y a des personnes impliqués dans le mouvement qui choisissent différentes stratégies pour faire vivre celui-ci. Ces stratégies sont toutes respectables et si elles peuvent être remises en cause et discutées, rappelons-nous qu'il y a toujours plus de points qui nous unissent que de points qui nous divisent. (ben oui c'est pas toute la France qui kiffe se gaver les tympans d'infrabasse pendant plusieurs jours les pieds dans la boue!)

Le deuxième point est que si des négociations doivent avoir lieu, il ne faut pas rentrer dans les mêmes problèmes qui ont permis à l’administration précédente de nous enfumer pendant 10 ans. Il faut adopter une méthodologie claire qui renforce l'efficacité de l’équipe négociante et garantisse la transparence des négociations. Les précédentes négociations ont souvent butés sur différents problèmes.

Conflit de personnes
Quand on passe de "je ne suis pas d'accord avec telle position" à "untel est un vendu", le débat s’arrête et plus rien n'avance. Jusqu'ici les différentes discussions visant à l'organisation de cette réunion ont évité cet écueil, il faut continuer dans cette voie si on veut arriver à quelque chose.

Problèmes de représentativité
Nous n'avons pas de système clair permettant de faire émerger des représentants (est-ce vraiment souhaitable ?). Pourtant les personnes qui discuteront avec l’État seront considérées par celui-ci comme parlant pour l'ensemble du mouvement et les – éventuelles – avancées obtenues s'appliqueront à tout le monde.

Il nous faut trouver un moyen, clair pour tous, de décider qui fait quoi et ce qu'ils doivent défendre. Quelles que soient les décisions prises, il faut que le processus soit connu de l'ensemble du mouvement, même les plus opposés à ces négociations.

Confusion entre réunion technique sur un événement et négociation générale sur la free
Enfin il est très facile de se faire manœuvrer par l'administration qui, de vagues promesses en "écoute de doléance", dicte très bien le temps de discussion. Une des armes souvent utilisée pour ça par l’État est la confusion entre réunion technique sur un événement (en général un tekos) et négociation générale sur le mouvement. Les sons se plaignent pendant vingt minutes, le ministère dis qu'il prend bien tout ça en compte et on passe deux heures à parler de citernes et de chemins d’accès au site.

Les réunions plus générales sont alors repoussées à après le tekos car "là on est dans l'urgence" puis se voient généralement annulées quant celui-ci est passé. Il faut donc être clair sur une séparation nette entre les deux négociations (savoir si l'événement du premier mai doit servir d'arme pour la négociation générale est un autre débat). Dans cette optique, pourquoi ne pas avoir deux équipes différentes, une axée sur le travail de terrain pour l'organisation du premier mai et l'autre s'occupant des discussions générales autour du mouvement.

Ça permettrai de plus d'ouvrir le débat à ceux qui ne veulent rien avoir à faire avec un événement coorganisé avec l’État mais sont intéressés par le reste de la discussion, et d’arrêter les rumeurs du style "il a vendu le mouvement pour son sarkoval" qu'on entend chaque année depuis 11 ans. Bien sur les deux équipes devront travailler en collaboration mais chacune pourra se concentrer sur ses priorités.

2/ Adopter une méthodologie de négociation

Pour être efficace, il nous parait important d'adopter une méthode prenant en compte les habitudes et la culture de négociation du ministère. Bien sur il ne s'agit pas de rentrer complètement dans leur jeu mais de ne plus se laisser manipuler.

Avant la réunion
Cela commence avant la réunion. Savoir à l'avance ceux qui seront en face permettrai de préparer au mieux la réunion et les sujets sur lesquels ont pourra avancer.

L'ordre du jour de la réunion ne doit plus nous être imposé. Il doit être discuté, en interne, à l'avance pour pouvoir préparer nos arguments et contenir au moins autant de points voulus par les sons que par le ministère. Négocier sur un pied d'égalité commence aussi par ça.

Engagement sur un agenda de rencontre sur toute l'année
Il nous faut aussi forcer le ministère à sortir d'une gestion "saisonnière" de la discussion qui fait que plusieurs réunions ont lieu entre février et mai, monopolisées par la gestion du 1er mai et que plus rien ne se passe pendant les huit autres mois de l'année. Pour cela il nous faut exiger un engagement ferme sur un agenda de négociations avec des rencontres sur toute l'année. La séparation des équipes de négociation serait aussi une arme dans ce sens.

Cet agenda nous permettrai aussi de mettre en place une vraie concertation nationale entre les acteurs du mouvement afin que les représentants aient un mandat clair sur ce qu'ils sont censés défendre à chaque réunion.

Comptes rendus
Enfin il est important de matérialiser ce qui se dit à ces réunions. Un compte rendu commun, validé avec le ministère doit être rédigé après chacune de celles-ci pour servir de base aux suivantes et de vérifier que les avancées promises débouchent sur quelque chose.

Un autre compte rendu plus développé et reprenant les positions de chacun doit être rédigé et diffusé au sein du mouvement pour que chacun puisse contrôler l'action des négociateurs. On évitera ainsi la création de légendes et la formation d'une "élite" qui à accès à l'information et la distille auprès de ses potes.

3/ Apport de Techno+

Après ces considérations générales un point sur ce que peut faire Techno+ là dedans.

Techno+ n’a aucune envie (ni la capacité d’ailleurs) de représenter les sons. Nous sommes plus proche du public que des orgas. Nous ne nous positionnons pas sur la pertinence de négocier ou non avec l’État car nous estimons que les deux choix sont légitimes. Nous soutenons l'ensemble du mouvement et cherchons à fournir des outils à chacun pour faire avancer ses idées. Ainsi le dossier de presse que nous avons sorti pour le 7 décembre 2013 peut servir à la fois pour un teknival illégal et pour une négociation au ministère. Mais puisque nous demandons une transparence totale il nous parait important de dire exactement pourquoi nous comptons participer à cette réunion et ce que nous souhaitons y apporter.

Témoignage sur 17 ans de dialogue avec l’État
A l'origine en 1995/97 Techno+, Keep Smiling et le Tipi étaient les seules assos de teufeurs identifiées par les pouvoirs public et les médias et d'ailleurs souvent pris pour les organisateurs des évènements. Cette situation n'était pas facile à gérer pour nous notamment lors de l'écriture de la circulaire de 1997 sur les raves où Technopol représentait la tendance officielle du mouvement et les seules les assos de santé parlaient aussi de la tendance alternative. N'étant pas légitimes pour représenter les orgas, les assos de santé ont organisées des rencontres entre sound systems en 2000 et 2001 visant à créer une coordination au sein du mouvement. Ce fut très utile car quelque mois plus tard le fameux Mariani sortait son amendement anti-free que la mobilisation a pu repousser jusqu'aux attentats du 11 septembre 2001. Une partie de cette coordination devint peu après le 1er collectif national des sons fin 2002 lors des 1ers sarkovals. Depuis Techno+ contribue aux rencontres avec le ministère de son propre chef ou sur demande des sound systems.

Nous avons donc l'expérience et le souvenir des engagements passés et souhaitons témoigner de cela afin d'établir une continuité dans ces négociations : lors des précédentes négociations des engagements ont étés pris par le gouvernement. Les sons peuvent décider qu'ils ne constituent plus aujourd'hui des objectifs à atteindre mais sans préjuger des buts qu'ils se fixeront, mettre l’État devant ses responsabilités doit constituer une base dans la discussion.

Pour information, voici les engagements fermes jamais tenus par l’État :

Fournir un terrain par département pour l'organisation d’événements de moins de 500 personnes
Fournir un terrain par région pour les événements entre 500 et 10 000 personnes.
Financer 4 teknivals d'ampleur nationale par an
Mener une action auprès des élus et des forces de l'ordre afin de familiariser ceux-ci à la problématique des free partys pour garantir une égalité de traitement entre celle-ci et les autres manifestation culturelles.
Mise au point sur les risques sanitaire lors des événements techno légaux et illégaux
Grâce à son rôle d'acteur sanitaire, Techno+ peut rappeler le constat fait par les 20 principales structures intervenant en free-party, qui ont affirmé dans un communiqué de presse publié la veille du teknival de Rennes que ces fêtes ne posent pas plus de problèmes sanitaires que les autres événements. Qu'ainsi l'utilisation de l'argument du risque sanitaire n'est qu'un des fantasmes justifiant la répression du mouvement et en aucun cas une réalité.
Témoignage sur la violence et l'augmentation de la répression du mouvement
Grâce à notre observatoire de la répression et aux nombreuses discussions qui ont entouré la sortie de notre manifeste contre celle ci, nous pouvons témoigner de l'ampleur et de la violence de la répression du mouvement, fournissant ainsi des arguments aux sons pour lutter contre celle-ci.
Comptes-rendus permettant à chacun de savoir exactement ce qui s'est dit
Enfin, étant en discussion (et – on l'espère – en confiance) aussi bien avec ceux qui veulent négocier qu'avec les plus opposés, ainsi qu'avec beaucoup de personnes qui se situent entre les deux, nous comptons rédiger et diffuser largement des comptes rendus objectifs des discussions ayant eu lieu au ministère afin que chacun sache exactement ce qui se dit en son nom. Nous diffuserons notamment ceux-ci via les 10 000 signataires du manifeste.


Désolé pour le pavé mais au moins maintenant vous savez exactement où on en est. Si chacun pouvait faire de même sur ses motivations et ce qu'il compte défendre cela faciliterait grandement les choix à faire.

Statistiques: Posté par Minouchka — Mar Fév 04, 2014 2:41 pm


]]>
2014-01-24T01:07:12+02:00 2014-01-24T01:07:12+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3396&p=20550#p20550 <![CDATA[Activisme • ]]>
aux sons du 49:



je ne sais pas si vous êtes au courant, mais une réunion est organisée au ministère de l'intérieur le 5
février prochain.
On (des sons du 44) m'a demandé de passer le mot dans le 49.

Cette réu a lieu suite aux derniers gros événements illégaux dans le grand-ouest (Fuck multi 44,
Trans'Off et Caravane Pirate). Mais honnêtement, je ne pourreais même pas vous dire à l'initiative de qui
va se passer cetté réu (les sons, le gouvernement, ou Sam et Ivan qui seront présents).

Pour l'instant, si j'ai bien suivi, l'ordre du jour est le suivant:


1. Présentation, point sur la situation sur le terrain dans les régions de France et doléances des sound systems
2. Echanges sur la mise en place des Etats Généraux de la Free party
3. Présentation du dispositif des Médiateurs Jeunesse par Eric Bergeault
4. Mise en place d’un calendrier et d’une équipe d’organisation pour le Teknival du 1er mai.

pour l'instant encore, les "élus" régionaux sont les suivants (je recopie le message de Sam, + les modifs):

CONTACTS POUR LA REUNION DU 5 FEVRIER

J'ai eu un coup de fil avec le ministère ce matin et nous avons défini la procédure pour les invitations
personnelles a chacun de ceux qui viendront le 5. Le plus simple ce sera donc que ca se fasse par mail, vous
recevrez donc donc un mail personnel sur votre boite personnelle et vous pourrez répondre pour confirmer votre
présence.

Bien entendu il faudra vrai nom + adresse mail valide.

Ils souhaiteraient avoir la liste lundi au plus tard pour avoir le temps d'envoyer les invitations.

Si je refais le tour de ce qui a été dit par les uns et les autres j'ai cette pré-liste au niveau national,
cela fait 15 personnes, donc on serait complet.

AQUITAINE
Mika Ansefal Arakneed
Jerome Gokarn Teknovores

BZH (a me confirmer qui vient exactement)
Pierre-Jean Flipo Tlesco
Julien CDS
Et/ou une personne du 29 - (Enora Art Kor ) et/ou Anne Dubos Lpb
(faudrait se limiter a 2 si c'est possible, 3 maxi)

SUD
Adil Metek Zayonne ou Ben Metek ?
Romain Dj-mafieu

NORD
Sebastien TUGS David Keta

EST
Morgan HacidBurn Momo

NORMANDIE
Julien STUPetTEK Julien Tostain

CENTRE
Mamat Debamako

PARIS IDF
Ivan Bourreau Mst
+ 1 (qui ?) Renard Insoumis ?

PAYS DE LOIRE
Julien Dju Antracks
Ronan Legal 44enKval

Depuis pour la BZH se sont proposés :


- Vincent tanguy (29)
- Tom Farfatek / Asso Rennaise(35)

Pays de Loire se sont proposés :

- Jereli Cirkson (85)

Anne duos LPB/Epsylonn/Multi35 ne souhaite pas y aller.

pour l' IDF insoumis se sont proposés :

- renard [LaHP]
- Joyce [DFC/RHT]
- peut-être link [Cuben6]


Finalement, Julien Dju Antracks (CKD) s'est retiré. Bref, si certains d'entre vous se sentent la fibre politique,
ou des questions/revendications ou autre, ils peuvent aller s'exprimer ici (vous verrez, vous allez reconnaître
plein de monde).

http://soundsystemdelouest.forumactif.org

Techno+ sera là, même si nous n'avons pas été invités.

Bref, si vous avez des questions allez-y, moi je ne suis au courant que depuis 5 jours,
donc je n'ai pas toutes les infos. Appelez vos potes, plutôt! ^^

Statistiques: Posté par Minouchka — Ven Jan 24, 2014 1:07 am


]]>
2013-11-29T23:49:52+02:00 2013-11-29T23:49:52+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3377&p=20527#p20527 <![CDATA[Activisme • ]]> Manifeste : Techno+ répond aux 5 questions/critiques les plus fréquentes

Devant l'actualité - disons mouvementée - et le besoin urgent d'une réaction forte de la communauté techno, nous avons décidé de lancer notre manifeste dans la tourmente des événements qui se préparent. Afin d'accompagner un peu ce texte et pour permettre aux gens de mieux le comprendre, le présenter et le défendre autour d'eux, voici quelques explications :

1 Qu'allez vous faire de ce manifeste ?
Ce manifeste est l'une des pièces d'un dossier de défense des free-parties que nous sommes en train de monter. Il a vocation à recueillir le plus de signatures possibles pour montrer que le ras le bol contre la répression des free parties est partagé par des milliers de personnes.
En plus de ce manifeste, le dossier contiendra un communiqué de presse des associations de réduction des risques en milieu festif qui dit que « les free parties ne posent pas plus de problèmes sanitaires que les autres événements festifs » et que la répression pose plus de problèmes qu'elle n'en règle. Nous y mettrons aussi les différents communiqués de presse qui ont été lancés ces dernières années par des associations et des collectifs de sound systems, des témoignages particulièrement marquants de sound systems victimes de repression abusive, des photos de blessés par violences policières, des textes de loi et extraits de rapports officiels, bref tous les éléments qui pourront montrer que ce ras le bol est légitime. Ce dossier sera public et pourra être consulté et utilisé par tous, notamment des organisateurs d'actions revendicatives qui voudraient pouvoir justifier leur action.

2 Qu'est-ce qu'il propose de faire, ce manifeste ?
Les lignes de fractures sont telles dans le mouvement que dès qu'on sort du constat de la répression pour entrer dans les revendications, les divisions apparaissent. Le rôle de Techno+ n'étant pas de prendre parti pour une tendance mais au contraire de tenter de fédérer la scène, nous avons choisi d'abandonner l'idée d'une pétition (qui suppose des revendications) pour passer à celle d'un manifeste (le refus d'une situation). Ce manifeste propose de faire bloc et de montrer notre force numéraire !

3 Ce qu'il faut ce sont des opérations coups de poing, pas du blabla.
L'engagement de Techno+ n'est pas de cette forme mais notre militantisme n'est plus à prouver. Nous en avons d'ailleurs payé plusieurs fois les conséquences : nous avons déjà été en procès, et il se passe rarement un an sans que nous ne soyons la cible d'attaques graves, qu'elles viennent des médias, de députés, ou de commissariats. Ces deux dernières années nous avons ainsi été accusé d'organisation de free party, attaqué à l'Assemblée Nationale via des questions au gouvernement et traînés dans la boue par plusieurs journaux.
Notre association n'a pas vocation à organiser des événements mais à les soutenir et à les accompagner. Ainsi, l'objectif final de l'action (la constitution d'un dossier public) s'inscrit dans la complémentarité d'éventuelles actions coups de poing puisque ce dossier pourra être utilisé par tout organisateur pour expliquer sa démarche, montrer que le mécontentement face à la répression du mouvement techno est légitime et partagé par des milliers de personnes, y compris des associations de RDR.

4 De toutes façons on ne peut rien changer
Ca c'est ce qu'on verra ! Le mouvement des free parties fête ses 20 ans d'existence, et n'a pas perdu son dynamisme. Évidemment seul dans son coin on ne peut rien faire mais si tous les différents acteurs du mouvement (sound systems, public, associations de RDR et tous les collectifs qui gravitent autour) se mobilisent...

5 Signer ce manifeste c'est s'auto-ficher : les RG's n'attendaient que cela pour leur base de données
Le fichage existe et nous sommes conscients à T+ qu'il peut être utilisé contre le mouvement. C'est pourquoi nous avons préféré garder le contrôle des quelques données personnelles demandées en ne passant pas par un service existant (comme avaaz) qui n'offre aucune garantie sur l'utilisation de ses données et en utilisant un script maison de gestion de signatures.
Rappelons cependant que grâce à facebook (qui est officiellement surveillé par une cellule du SDIG spécialisée dans les événements festifs et notamment les raves parties), les renseignements généraux n'ont sans doute pas un grand besoin de ces adresses...

Nous espérons que ces précisions permettront d'éclairer ceux qui se posent des questions sur ce projet. N'hésitez pas à les diffuser autour de vous.

Statistiques: Posté par Minouchka — Ven Nov 29, 2013 11:49 pm


]]>
2013-11-29T23:49:17+02:00 2013-11-29T23:49:17+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3377&p=20526#p20526 <![CDATA[Activisme • Manifeste contre la répression des amateurs de Techno]]>
Violences, saisies, menaces, fermetures, arrestations, amendes, interdictions, etc. Vous en avez ras le bol ? Alors lisez et signez !



Nous, amateurs de fêtes techno, en avons assez que les pouvoirs publics répriment la culture qui nous est chère.

«You might stop the party but you can't stop the future» disaient les Spiral Tribe. C'est l'inverse qui s'est produit. Les fêtes ne se sont pas arrêtées bien au contraire mais l'avènement d'un futur où la fête libre s'imposerait a volé en éclat.
La musique techno a conquis le monde mais ceux qui la vivent dans ses formes originelles et originales demeurent des indésirables.

Ce n'est pas la musique qui est réprimée, c'est nous.

Nous fréquentons les divers lieux où s'expriment la techno : raves, free-parties, salles, clubs, squats, festivals, teknivals... Nous sommes multiples comme la techno est plurielle.

Partout, oui partout, la répression nous poursuit ou plutôt elle nous attend. Elle nous cible.

Pour Vous, vous les gens bien comme il faut, nous sommes des nuisances. Des nuit-sibles pour votre sommeil, votre morale et votre certitude d’avoir fait les bons choix de vie.
Avec les lois et les flics en guise d'insecticide.

Vous qui faites fermer le club ou le bar dans lequel j'aime aller.
Vous qui servez à justifier les interdictions municipales ou préfectorales à chaque déclaration de soirée.
Vous encore qui dénoncez à la police ce défilé de jeunes en camions en pleine campagne au beau milieu de la nuit.
Vous rêvez de liberté mais vous ne supportez pas de voir des gens libres.

Trompée par les Médias anxiogènes, l'Opinion désireuse de sécurité fait triompher les Politiques avides de contrôle facile.
Car il est plus facile de s'attaquer au"dossier des raves et free-parties" que celui de "l'évasion fiscale" ou de "la délinquance".

Avant l'an 2000, vous aviez peur de nous comme de tout ce qui est nouveau ou étranger. Pré-jugés nous étions. Personne n'osait rentrer dans nos fêtes sauf sous escorte.
Quand nous avons été médiatisés et que vous avez compris que nous étions avant tout pacifistes et hédonistes,Votre peur s'est transformée en mépris. Jugés nous sommes. Vous avez lâché vos chiens de garde.

C'est aujourd'hui ce mépris qui perpétue la répression dont nous sommes victimes. Qui nous envoie à la clandestinité, au tribunal ou à l'hôpital.
Il est temps de rappeler vos clebards.

Votre lavage de cerveau et vos menaces ont convaincu une partie d'entre nous que nous étions une erreur de civilisation, une zone aussi temporaire qu'une crise d'ado, que nous devions nous cacher ou rentrer dans le rang.
Que cela nous passerait. Forcément, un jour. Tôt ou tard. Et bien non cette pilule-là ne passera pas.
Malgré vos lois liberticides, vos matraques, vos amendes, vos saisies et vos fermetures administratives, nous continuons à danser.

Ceux qui s'entêtent, vous les avez convaincus que le bonheur était dans le voyage perpétuel. Sans retour.
Nous admirons ces travelers en oubliant que l'exil n'est jamais qu'un choix par défaut.Une fuite loin de l’oppression. Bon débarras. Le bonheur est ailleurs vous verrez.

Pour les touristes éphémères, le retour est encore plus amer.Vous nous avez expliqués comme à des enfants que nous devions grandir et nos fêtes rétrécir. Contrôle facile. Sinon nos jouets seraient confisqués.

Cela a marché : l'Union des forces de la Techno a succombé au Diviser pour mieux Réprimer.

Nous avons grandi et nous voulons faire valoir nos droits.
Notre culture n'est pas moins légitime qu'une autre.

Le statut de victime ne nous convient pas. Le fatalisme de notre rejet ne nous convient plus.

Nous ne pouvons pas non plus arrêter le futur mais nous pouvons le changer.

Ce n'est pas la musique qui est réprimée, c'est nous. Alors BATTONS-NOUS.


http://www.technoplus.org/t,1/2692/-man ... -de-techno

Statistiques: Posté par Minouchka — Ven Nov 29, 2013 11:49 pm


]]>
2013-09-24T21:10:37+02:00 2013-09-24T21:10:37+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=2262&p=20421#p20421 <![CDATA[Activisme • ]]> Pour vous donner envie de nous rejoindre, et actualiser ce post qui date de 2011, voici un petit florilège de photos du stand de Techno+ Nantes/Angers(2011-2013).


Et j'actualise le numéro: 06-52-49-32-60 (Angers)

https://www.facebook.com/groups/181954151819904/

























Statistiques: Posté par Minouchka — Mar Sep 24, 2013 9:10 pm


]]>
2011-12-16T18:31:10+02:00 2011-12-16T18:31:10+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=3032&p=19122#p19122 <![CDATA[Activisme • Arts Festival (Paris 18ème)]]>



Pourquoi Arts Festival ?

* Pour que les Arts ne soient pas inféodés, au marché, à des multinationales
* Pour soutenir des lieux de diffusion à taille humaine
* Pour soutenir les démarches afin de permettre aux artistes de se réaliser
* Pour faire exister toutes les pratiques artistiques sans hiérarchisation esthétique
* Pour soutenir des éditeurs indépendants
* Pour promouvoir l’utilisation des licences libres tout en respectant les auteurs faisant d’autres choix
* Encore et toujours rappeler que les lois" DADVSI et HADOPI" desservent les artistes et leurs publics.
* Renforcer les liens existants entre les acteurs du logiciel libre et de l’Art Libre.

Statistiques: Posté par Marotte — Ven Déc 16, 2011 6:31 pm


]]>
2011-07-15T18:52:33+02:00 2011-07-15T18:52:33+02:00 http://www.protonik.org/forum-v2/viewtopic.php?t=2262&p=18453#p18453 <![CDATA[Activisme • ]]> Statistiques: Posté par Minouchka — Ven Juil 15, 2011 6:52 pm


]]>